LA MAIRIE ET MOTA ENGIL PARAPHENT LE CONTRAT DE CONSTRUCTION

La mairie de Bouaké et l’entreprise Mota Engil Africa ont signé, mardi 13 octobre 2020, un contrat pour la réalisation du lot B du projet de reconstruction du grand marché de Bouaké parti en fumé en 1998.

Avec la signature de ce contrat, la charge incombe désormais à l’entreprise portugaise de réaliser les travaux concernant ce lot B, notamment, les bâtiments, les boutiques et les magasins de ce plus grand marché couvert de l’Afrique de l’ouest avec ses 8 000 points de vente après la réalisation des travaux du lot A par l’entreprise Colas. Le taux d’exécution de ces travaux du lot A, concernant les VRD (voiries Réseaux et Divers), est évalué à ce jour à 30%

Le premier magistrat de la commune de Bouaké, Nicolas Djibo, a saisi cette occasion de signature de contrat, pour exprimer sa gratitude aux chefs de l’Etat, Alassane Ouattara, pour son appui inestimable à la réalisation de ce projet de reconstruction du grand marché de Bouaké.

« Oui, si Bouaké aura à sa disposition ce qui est annoncé comme le plus grand marché couvert de l’Afrique de l’ouest, bâti sur près de 9 hectares avec plus de 8 000 points de vente, c’est parce que le président Alassane Ouattara l’a voulu… », a-t-il indiqué.

Pour sa part, le directeur de Mota Engil Africa, Alexandre Bernado, a assuré les autorités et les populations de Bouaké de l’engagement de son entreprise à mettre à leur disposition des infrastructures modernes et de qualité irréprochable. « Je voudrais assurer que Mota Engil continuera à travailler ensemble avec les responsables locaux pour un Bouaké prospère et moderne avec toutes les conditions de sécurité et de qualité », a-t-il assuré.

Le ministre des transports, Amadou Koné, invité qui a été associé à cette cérémonie de signature de contrat en tant que cadre de Bouaké, s’est dit pressé de voir ce projet de reconstruction du grand marché inauguré.

Il a plaidé auprès des responsables de l’entreprise Mota Engil Afrique pour que la réalisation de ce projet qui va nécessiter un investissement de 40 milliards FCFA puisse générer des emplois pour un nombre important de jeunes de la région de Gbêkê. Amadou Koné a également plaidé pour que des entreprises locales puissent bénéficier de contrats de sous-traitance et que des petits projets sociaux soient réalisés au profit des populations.

(AIP)

NB: Les titres et sous-titres sont de la Rédaction