Santé maternelle et infantile

LA CÔTE D’IVOIRE, LE BÉNIN, LE TOGO ET L’UNFPA ENSEMBLE POUR GARANTIR PLUS DE SANTÉ MATERNELLE ET INFANTILE

Le lancement du projet « Deux heures pour la vie » visant à garantir l’accès à des services de santé maternelle permettant de sauver des vies de mères, en moins de 2 heures, s’est tenu ce lundi 30 mai 2022, dans la salle de conférences de la Préfecture de région de Gbêkê. Ce projet qui réunit la Côte d’Ivoire, le Bénin et le Togo a pour objectif de renforcer le réseau des soins obstétricaux néonatals d’urgence, à travers la qualité des soins et la mise à disposition des équipements au personnel médical, pour réduire, voire éliminer les décès maternels évitables.

Ce projet va se mettre en œuvre dans les structures du réseau de trois régions sanitaires des pays concernés. À savoir, la région de Gbêkê (Côte d’Ivoire), le département de l’Atlantique (Bénin) et dans les Savanes (Togo). Il va durer de 2022 à 2026 pour toucher 518.179 personnes enceintes et mères,137.382 pères, 492.590 nouveaux nés.

Représentant le Maire Nicolas Djibo, en mission, le 4ème Adjoint au Maire, l’Honorable Béma Fofana, s’est réjoui du choix porté sur la région de Gbêkê pour abriter ce lancement car << sauver la vie de la mère c’est prolonger toute l’humanité >> a-t’il signifié d’entrée, puis de conclure que << Dieu Tout-Puissant inspire les responsables du projet (baptisé TAKEDA), afin que plus jamais ne règne la mort, mais que jaillisse la vie en abondance, pour les mères, à partir de Bouaké .>>

Financé par l’UNFPA et son partenaire financier Japonais  »Takeda » le projet  »Deux heures pour la vie » est un engagement qui consiste à offrir de meilleures conditions d’accouchement en deux heures à la femme qui s’apprête à donner la vie.

Pour Mme Cécile Compaoré Zoungrana, représentant résident de l’UNFPA, « il faut éviter les cas de décès à l’accouchement. En Afrique Subsaharienne, c’est un défi qui vise à sauver la femme qui est en couche, parce qu’au delà de deux heures, nous augmentons le risque de perdre et la mère et le bébé. Nous voulons faire en sorte que quand le moment est venu d’avoir le bébé, que nous puissions respecter ce délai de deux heures ».

Le projet a été lancé par le Ministre de la Santé et de la Couverture Maladie Universelle de Côte d’Ivoire, M. Pierre Dimba, intervenant en visio-conférence.

en_USEnglish